Président du Parti Biographie
La Biographie du Président National PDF Imprimer Envoyer

1. Identité

  • Né à Luluabourg (Chef-lieu du Kasaï-Occidental) le 14/12/1932
  • Père MULUMBA Alexis (+)
  • Mère KABENA MWAUKA Agnès (+)
  • Marié à KASALU Marthe
  • Originaire :
    • du Territoire de KABEYA KAMWANGA
    • du District de TSHILENGE
    • de la Province du KASAI-ORIENTAL,
    • en République Démocratique du Congo


1.2. Etudes faites

  • Primaires : à la mission catholique des Pères de Scheut à KABULUANDA (Kasaï-Occidental)
  • Secondaires : Humanités Gréco-Latines au Collège Saint Jean-Berchmans de Kamponde au Kasaï-Occidental (de 1948 à 1955)
  • Universitaires : à la Faculté de Droit de l'Université Lovanium de Léopoldville. Je fus le premier Congolais à obtenir, en 1961, le diplôme de Docteur en Droit.


1.3. Première expérience dans la vie publique (l 958 à 1978)


1° 1958 -1959 :
Encore étudiant à la Faculté de Droit, je me suis vu promu " Conseiller au Mouvement National Congolais " " M.N.C " (Parti Politique).

2
° Septembre 1960 à février 1961 :
Commissaire Général Adjoint à la Justice dans le Collège des Commissaires Généraux (un gouvernement de technocrates mis en place, après le départ massif et brusque des Belges et après le Coup d'Etat militaire du 14 septembre 1960 de M MOBUTU, en vue d'assurer le fonctionnement normal de l'appareil de l'Etat, en attendant que les hommes politiques s'entendent.

3° 1961 à 1965 : Recteur de l'Ecole Nationale de Droit et d'Administration ENDA.

4° 1964 : Commissaire aux comptes à la Banque Nationale du Congo.

5° 1965 à 1968 :

  • Elu Député National (PANACO/CONACO) dans la circonscription électorale de KABINDA au KASAI-ORIENTAL et
  • Ministre de l'Intérieur. Le 24 juin 1967 M. Mobutu promulguait la constitution de la 2è République dont l'art. 4 stipulait qu'il ne peut y avoir plus de deux partis politiques en République Démocratique du Congo.

6° Mai 1968 à février 1969 : Ministre de la Justice

7° Février à septembre 1969 : Ministre d'Etat Chargé du Plan, de la Recherche Scientifique, de l'Aménagement du Territoire et de la Coordination de la Planification.
N.B. - Suite aux sérieuses divergences d'options politiques (M. Mobutu amorçait un revirement vers un monolithisme politique et faisait preuve d'intolérance face aux manifestations pacifiques des citoyens en ordonnant notamment le massacre des étudiants de Lovanium, le 4 juin 1969, je fus définitivement écarté du gouvernement.

8° Septembre 1969 à février 1971 : Ambassadeur au Maroc

9° 1971 à 1974 :

  • Elu Député National dans la circonscription électorale de KABINDA au Kasai-Oriental.
  • Elu 2ème puis 1er Vice -président de l'Assemblée nationale;
  • Membre du Conseil d'Administration de l'UNAZA (Université Nationale du Zaïre).

10° Septembre 1977 à décembre 1980 :

  • Elu Député national;
  • Président du Conseil d'Administration de la compagnie AIR-ZAIRE .

11° 1965 à 1980 :
Elu, puis plusieurs fois réélu Président de la Section zaïroise de l'Association Internationale des Parlementaires de Langue Française "A.I.P.L.F". A ce titre, j'ai participé à plusieurs conférences internationales et effectué plusieurs voyages à travers le monde (Europe, USA, Canada. Japon, Corée. Chine, pays africains, etc.).

 

2. Calvaire et combat pour la démocratie (1979 à 1999)

D'une manière générale de 1979 à 1999, ma vie est faite d'arrestations, de tortures de brimades, de pressions, de bannissements, de relégations et de résidences surveillées; ce sort a été partagé avec mon épouse, mes enfants ainsi que plusieurs de mes amis politiques.

1° Juillet 1979 :
Cosignataire de la lettre au Président Mobutu, dénonçant les violations des Droits de l'homme à l'occasion des "MASSACRES DE KATEKELAY " au KASAI-ORIENTAL

2° Décembre 1980 :

Cosignataire de la "lettre ouverte au Président de la République", lettre signée par 13 Parlementaires et pour laquelle mes amis et moi-même serons arrêtés, déchus de nos mandats parlementaires, jetés en prison (moi à Kisangani d'abord dans la province Orientale, à Kabeya Kamwanga ensuite dans la Province du Kasai-Oriental)

3° 15 février 1982 :

  • Création de l'Union pour la Démocratie et le Progrès Social " UDPS", Parti politique dont je suis un des fondateurs et présentement "Le Président national".
  • Arrestation des fondateurs de l'UDPS .
  • Condamnation à 15 ans de prison ferme. Je suis envoyé dans la prison de Belingo, Territoire d'Oshwe, Province de Bandundu.

4° 1983 :

  • Libération;
  • Relégation en novembre 1983 dans mon village d'origine (MUPOMPA) avec mon épouse et mes enfants

5° 1985 :

  • Incendie criminel de mon village ,
  • Relégation dans le territoire d'lsangi, Province orientale
  • Libération en fin février 1985 ;
  • Arrestation en octobre 1985 et condamnation à 18 mois de prison ferme à Makala dans la Ville de Kinshasa pour "outrage au Chef de l'Etat"

6° 1986:

  • Libération en février 1986
  • Arrestation en juin 1986 et relégation dans mon village d'origine (Mopompa) au (Kasai-Oriental)

7° 1987 :
Libération

  • Tournée d'information politique en Europe aux Etats-Unis d'Amérique et au Canada
  • Revenant de ce périple, je suis brutalement interpellé et molesté à l'aéroport de Ndjili; mon seul crime est d'avoir porté la cravate au cou.

8° 1988 :

  • 17 janvier 1988 : Arrestation et détention à la prison centrale de Makala pour avoir organisé et animé un meeting au Pont Kasa-Vubu dans la ville de Kinshasa en commémoration du 27ème anniversaire de l'assassinat du premier Ministre Congolais P.E LUMUMBA.

  • 11 mars 1988 : Libération.

  • 08 avril 1988 : Relégation à DUNGU d'abord, à MONGA ensuite, dans la Province Orientale, où je me suis retrouvé, pendant 5 mois, totalement coupé du monde.

  • 22 septembre 1988: Libération.

9° 1989 :

  • 1er mars 1989 : Je suis placé en résidence surveillée à mon domicile pendant près de 14 mois, privé du droit de recevoir toute visite et de sortir de ma résidence.

10° 1990 :

  • 24/04/1990 : ma libération. Création du Directoire National de l'UDPS, c-à-d. d'une présidence collégiale composée de quatre personnalités. Je suis membre de ce Directoire National.

  • Du 18/11/1990 au 24/02/1991 : Nouvelle tournée d'information politique aux Etats Unis d'Amérique, au Canada et en Europe Occidentale. Je suis reçu au Département d'Etat Américain et dans plusieurs milieux politiques ainsi qu'auprès des organisations de la Défense des Droits de la personne humaine.

11° 1991 :

  • 24/03/1991 : Retour à Kinshasa (République Démocratique du Congo) et accueil par près de 2 millions de compatriotes en liesse.

  • 22/07/1991 : Nomination, sans être consulté par M. Mobutu, en qualité de Premier Ministre. Je décline cette nomination à la grande satisfaction de notre peuple.

  • 30/09/1991 : Désigné Premier Ministre par consensus unanime des représentants de la classe politique réunis au Palais de Marbre (résidence de M Mobutu, lequel présidait cette réunion). Mais le gouvernement d'Union Nationale et de Salut Public que je venais ainsi de constituer a été empêché de fonctionner normalement par M. Mobutu dès la première semaine de ses activités.

12° 1992 :
Elu Premier Ministre Chef du Gouvernement par la Conférence Nationale Souveraine avec 72 % des suffrages exprimés (aux bulletins secrets) le 15/08/1992; mais une fois de plus le gouvernement que je venais de constituer avait été mis par M. Mobutu dans l'impossibilité de fonctionner après 3 mois de gestion transparente du pays.

II est vrai que lors de mon élection à la Conférence Nationale Souveraine, M. Mobutu m'avait opposé sans succès, quelques candidats acquis à sa cause et que mon programme annonçait clairement un changement radical des mentalités et des méthodes de gestion ainsi que la réalisation des priorités fixées par notre peuple réuni à la Conférence Nationale Souveraine.

13° 1993

  • 04/09/1993 : Investi en qualité de Chef de toute l'Opposition Démocratique Interne c-à-d de toutes les forces politiques et sociales acquises au changement démocratique dans une bipolarisation de la vie politique nationale.

14° 1994
Présenté officiellement et régulièrement en qualité de Premier Ministre, conformément aux dispositions de l'Acte Constitutionnel de la transition (Art. 78) par la famille politique à laquelle n'appartenait pas le Chef de l'Etat Mobutu c'est-à-dire par l'Union Sacrée de l'Opposition Radicale et Alliés. Le refus de M. Mobutu de respecter l'Acte Constitutionnel qu'il avait lui-même promulgué ouvre la voie à une grande crise politique qui allait être exploitée par une opposition armée dont M. Laurent Désiré Kabila était le porte-parole en 1996 - 1997.

15° 1996

Du 6 janvier au 26 février 1996
:
Tous les partis politiques de l'opposition à M. Mobutu et toutes les associations civiles acquises au changement tiennent leur congrès appelé Etats Généraux de l'Opposition " (EGO) pour dresser le bilan de leur lutte, redéfinir leurs objectifs et leurs stratégies ainsi que les structures nouvelles appelées à les animer dans cette nouvelle phase de combat.
A l'unanimité de tous les participants, je suis reconfirmé dans mes fonctions et rôle de Chef de file et de Chef de la famille politique opposée à celle de la mouvance présidentielle de M. Mobutu.

16° 1997 :

  • 03/04/1997 : Ma réhabilitation en qualité de Premier Ministre par le Parlement de Transition (HCR - PT) : M. Mobutu souscrit formellement à cette réhabilitation, contraint par la tournure politique des événements. En effet, la rébellion armée, soutenue par notre peuple, accumulait succès et victoires sur les forces mobutistes.

  • 06/04/1997 : Je réhabilitais toutes les Institutions politiques issues de la Conférence Nationale Souveraine à savoir : Le Président de la République, le Haut-Conseil de la République, le Gouvernement de Salut Public et les Cours et Tribunaux.

  • 09/04/1997 : M. Mobutu utilise ses forces armées pour m'empêcher de rejoindre mon bureau de travail (à la Primature) et de travailler.

  • 16/05/1997 : Le dictateur Mobutu comme je le lui avais prédit quelques années plutôt, prit la fuite vers un exil sans retour.

  • 17.05.1997 : La rébellion armée, soutenue militairement et massivement par des troupes étrangères (du Rwanda, de l'Ouganda et de l'Angola) entre à Kinshasa dans un enthousiasme populaire indescriptible. Laurent Désiré Kabila s'auto-proclame "Chef de l'Etat " à partir de son poste d'opérations militaires de Lubumbashi, au Katanga.

  • 23/05/1997 : Dès les premiers discours politiques de M. Kabila à Kinshasa, il se révéla être un vrai dictateur sur les traces de M. Mobutu; je me suis empressé de prévenir en ce sens l'opinion nationale et internationale et d'inviter notre peuple à combattre cette nouvelle dictature.

  • 25/05/1997 : Je mettais à la disposition de M. Kabila 4 juristes de l'opposition démocratique interne pour l'aider à mettre sur pied un cadre juridique consensuel (qui proclame et protège les droits de l'homme, les libertés fondamentales et une gestion transparente) tel que voulu par notre peuple à la Conférence Nationale Souveraine. C'est ce cadre qui devait régir le pays réconcilié jusqu'à la tenue des élections que nous voulons libres démocratiques et transparentes. Des contacts politiques au niveau d'experts sont engagés en ce sens.

  • 26.06.1997 : Un groupe des militaires m'arrêteront vers minuit, me brutaliseront et me séquestreront à la résidence du Commandant Masasu, alors Conseiller Spécial de M. Kabila.

  • 27.06.1997 : Ma libération

17° 1998 :

  • 12.02.1998 : Une équipe des militaires m'arrêteront la nuit, me brutaliseront et me conduiront dans les cachots secrets de la Police Politique de M. Kabila.

  • 13.02.1998 : je suis relégué dans mon village d'origine Kabeya-Kamwanga au Kasaï-Oriental) et mis en résidence surveillée comme à l'époque de M. Mobutu.
  • 01.07.1998 : Ma libération et mon retour organisé par la Police politique de M. Kabila à ma résidence de Kinshasa dans le plus grand secret.

  • 09.07.1998 : Treize de mes collaborateurs venus me saluer à l'occasion de mon retour de la relégation sont arrêtés et gardés aux cachots de la police politique de M. Kabila pendant près d'un mois.
  • C'est pendant cette période de tension politique qu'éclatera, le 02/08/1998, la deuxième guerre civile dirigée contre le régime de M. Kabila et, comme en 1996, activement et massivement soutenue par les forces armées étrangères (Rwanda, Burundi, Ouganda); tandis que M. Kabila recevait l'appui actif et massif de l'Angola, du Zimbabwe, de la Namibie, du Soudan, etc..

    A ce jour, plusieurs cadres et combattants de l'UDPS sont toujours gardés soit dans des cachots secrets de la police politique de M. Kabila et soumis à des séances de torture ; soit dans des cellules de la prison centrale de Makala à Kinshasa. C'est le cas de quelques membres du Comité National, Parlement du Parti du Porte-parole de l'UDPS : de quelques membres des structures de base du Parti, ainsi que de simples combattants du parti. Leur seul crime est d'avoir réfléchi ou analysé la situation politique de manière différente de celle du régime Kabila ! ! !

  • 23.08.1998 : Dans un appel solennel, pathétique et patriotique, j'invitais toutes les parties belligérantes à arrêter la guerre et à privilégier la recherche d'une solution politique et diplomatique négociée à la crise Congolaise.

  • 04.09.1998 : Dans mon mémorandum adressé à la Communauté Internationale (ONU, UE, OUA), au Président Kabila et aux pays voisins, j'expliquais que l'origine de cette deuxième guerre civile résidait dans le manque de démocratie et dans la mauvaise gouvernance du pays par le régime Kabila; et que la solution ne pouvait être que politique et diplomatique, issue de négociations politiques entre les représentants du pouvoir de Kinshasa, de l'opposition armée et de l'opposition interne. Je proposais un plan de paix concret en ce sens.

18° 1999 :

  • 10 juillet 1999 . Un accord de paix est signé à Lusaka entre toutes les parties en conflit. Une solution politique et diplomatique négociée est préconisée comme seul schéma incontournable pour ramener la paix et bâtir un nouvel ordre politique en RDC.

  • 22/07/1999 : je rendais publique, au nom de toutes les forces politiques et sociales acquises au changement démocratique, notre déclaration politique par laquelle nous acceptions formellement l'accord de paix de Lusaka ainsi que la facilitation du Père Mateo de la communauté Catholique Sant Egidio de Rome (en Italie).


Fait à Kinshasa, le 07/12/ 1999

Etienne TSHISEKEDI wa MULUMBA

 

Quoi de neuf?

Des membres de l'UDPS organisent à Bruxelles  un conclave pour la mise en place d'un nouveau leadership en septembre 2015.
L'UDPS traverse depuis janvier 2013 une crise sérieuse de légitimité causée par la multiplication des Statuts et le dédoublement des structures consécutif aux nominations intempestives faites par le Président en...
Lire la suite
4 Commentaires
L'Incapacité de l'UDPS de règler les différends!
"Etienne Tshisekedi, le dernier grand artiste politique du symbole de la lutte contre la corruption et pour la mise en oeuvre d'un " Etat de Droit" sombre-t-il dans le sceptique mystique ambivalent des familles biologiques...
Lire la suite
3 Commentaires
Appel de la Base de l'UDPS pour barrer la route au déviationisme
A l’issue de plusieurs débats de fond, la Base de l'UDPS, de toutes les fédérations, tant de l'intérieur que de l'extérieur vient de faire une déclaration extrêmement importante pour l'avenir du parti. Cette...
Lire la suite
2 Commentaires
Les archives de "Quoi de neuf?"
 

Dernières informations

Point de presse de M. Valentin Mubake
Monsieur Valentin Mubake, le conseiller politique du Président Etienne Tshisekedi, a tenu un point de presse ce samedi 14 février 2014 à Kinshasa. Monsieur Valentin Mubake a abordé différentes questions préoccupantes...
Lire la suite
8 Commentaires
Mise au point de l'UDPS sur les concertations
Les concertations convoquées par Joseph Kabila pour la réconciliation nationale qui étaient initialement prévues pour le 4 septembre dernier ont été reportées au samedi 7 septembre. Par le biais de son Secrétaire...
Lire la suite
7 Commentaires
Les archives des informations nationales

Mini-conclave pour la mise en place d'un nouveau leadership de l'UDPS.
L'UDPS traverse depuis janvier 2013 une crise sérieuse de légitimité causée par la multiplication des Statuts et le dédoublement des structures consécutif aux nominations intempestives faites par le Président en...
Lire la suite
0 Commentaires
Les archives des informations internationales
 

Le site officiel du Président élu de la RDC

Visitez le site officiel du Président élu aux élections du 28 novembre 2011 en la RDC, le  Dr Etienne Tshisekedi wa Mulumba :

 

 

Devenir Membre

Identification



Podcast Feed



Follow us on Facebook


Blogs de nos organes de base

Fédérations au Congo (RD) Fédérations et Représentations à l'Exterieur
Bandundu
Bas-Fleuve
Bas-Uélé
Boma
Bukavu
Cataractes
Equateur
Funa
Goma
Haut-Katanga
Haut-Lomami
Haut-Uélé
Ituri
Kabinda
Kananga
Kasai
Kikwit
Kindu
Kisangani
Kolwezi
Kwango
Kwilu
Lualaba
Lubumbashi
Lukaya
Lukunga
Lulua
Maniema
Matadi
Mbuji-Mayi
Mongala
Mont-Amba
Mwene Ditu
Nord-Kivu
Nord-Ubangi
Plateaux
Sankuru
Sud-Kivu
Sud-Ubangi
Tanganyika
Tshangu
Tshilenge
Tshopo
Tshuapa

Afrique du Sud
Allemagne
Angola
Belgique-Luxembourg
Bénin
Canada
Congo (République du)
Etats-Unis
France
Gabon
Irlande (République d')
Italie
Norvège
Pays-Bas
Royaume-Uni

Suède-Danemark
Suisse